Patrick Farsa du Karaté au Yi Chuan


Bonjour Patrick, combien d'années de pratique dans les arts martiaux as tu ? J'ai débuté la pratique martiale le 5 juin 1972 donc le 5 juin prochain j'aurai 48 ans !

Qu'est-ce qui t'as motivé à commencer ?

C'est une émission de télé 5 colonnes à une qui diffusait un reportage sur le Japon. Je m'en souviens encore. Il y avait des présentations de judo, d’aïkido, de kyudo, de sumo et ensuite un choc mémorable ! Des gens sur une plage exécutaient des mouvements rapides, secs et puissants, avec casse de briques enflammées et de bouteilles. Cela a été immédiat « C'est ça que je veux faire » ….. avec la découverte d'un mot qui m'accompagne encore aujourd’hui KARATE ! Combien de dojos y-avait-il à l'époque ?

I y en avait 2 sur St Denis : le Réal St Jacques de la famille Chane Liat et le Dojo Dionysien dont je faisais partie, 1 à la Rivière St Louis, 1 autre à St Pierre dirigé par un professeur d'EPS André MERKEL. C'est grâce à lui que le karaté a pris naissance dans le sud. Parles nous des différentes disciplines martiales que tu as pratiquées ?

A vrai dire, je n'ai pratiqué que le karaté shotokan. En 1987 la venue de Tokitsu Kenji m'a fait découvrir les arts martiaux chinois : le tai chi chuan et ensuite le Yi Chuan. Depuis 1990 je pratique exclusivement cet art du combat auquel j'ai ajouté des formations de bokken, de kali escrima et de wing cheung. A mes débuts j'ai longuement pratiqué le nunchaku.

Quelle est la personne qui t'as le plus influencé dans ta pratique martiale ? Il y en a eu 2 : Alix MAZAKA et Valère ROBERT.

Une personne que tu n'oublieras jamais ? Mon Oncle Henri qui par le biais du culturisme ( le bodybuilding des années 70 ) m'a initié au sport individuel. Merci Tonton Henri !

Quelles sont les caractéristiques du Yi Chuan ?

Le Yi Chuan se traduit par poing de la forme et de l'esprit ou boxe de la pensée ou boxe de l'intention.

Il se caractérise par son explosivité et ses déplacements linéaires. Les frappes de poing sont très percutantes avec peu de frappes de pied et l'école en elle même est vraiment peu démonstrative. Dans son ensemble très très peu de techniques et surtout il n'existe pas de taolu (kata) en yi chuan.

Depuis combien d'années enseignes tu ?

J’enseigne depuis mars 1976.

Ton meilleur souvenir ?

Il y en a quelques uns ! Mais je retiendrai la victoire du 12 mai 2019 de « mes enfants Perrine, Pascal et Roberto qui a fait un combat gigantesque digne du film Rocky 1. »

Ton pire souvenir ? Mon Dieu ! Pendant quelques mois je me suis retrouvé sans club et sans élèves suite à des manigances exécrables et une trahison morbide.

As tu eu sur le chemin des baisses de régimes, des pertes de motivation ?

Oh que oui ! …. et en parallèle du pire souvenir : ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort. Tu t'entraînes toujours aujourd'hui ?

TOUJOURS et régulièrement en appliquant la dualité du kanji KAIZEN qui signifie changement et amélioration. Un message à passer aux jeunes générations.

Soyez aujourd'hui vainqueur de ce que vous avez été hier , Soyez demain vainqueur de vos maladresses.

Tu es instructeur au Dojo Pierre Grondin. Parles nous de ce Dojo.


Il y a la qualité de la tradition et du respect, la vérité de la détermination et du courage. Mais le plus important, c'est le mot FAMILLE au sens propre comme au sens figuré. Quand un tout petit vous dit

« Bonjour Tonton ! » et il rectifie tout de suite « Pardon ! Osu Sensei ! » Je ne vous cache pas ça me remue.






109 vues